vendredi 9 juin 2017

Pour faire échec aux puissants, aux riches qui dévalisent les pauvres, VOTEZ CONTRE MACRON, contre ses candidats officiels, ceux du PS ou de LR, ralliés ou prêts de faire allégeance au lendemain du scrutin, par Jean LEVY

Le 09/06/2017



vendredi 9 juin 2017, par Comité Valmy
 
Pour faire échec aux puissants, aux riches qui dévalisent les pauvres, VOTEZ CONTRE MACRON, contre ses candidats officiels, ceux du PS ou de LR, ralliés
ou prêts de faire allégeance au lendemain du scrutin

Pour les perroquets serviles au service de Macron et de sa République (des riches) En Marche, les élections législatives sont comme faites : ils annoncent d’avance une large majorité à l’Assemblée Nationale pour le parti de l’ex-associé gérant de la banque Rothschild.
Pour eux, de France-(Jup)Inter à la télé, du "Monde" à "Libération", presque pas la peine de voter, ils connaissent d’avance, à partir de sondages maison au niveau national, le résultat de 577 scrutins différents à deux tours où se présentent chaque fois de dix à vingt candidats qui feignent de viser le siège de député.
Pourquoi cette assurance affichée de la part des serviteurs zélés du capital ?
D’abord, pour impressionner les électeurs, par la pratique de la méthode Couet* : " Si tout le monde vote Macron, je vais faire comme tout le monde" ou bien, par dépit, "je ne vote pas, puisqu’on me dit que les jeux sont faits".
Dans les deux cas, banco : c’est Macron qui gagne !
En fait, les tenants de l’oligarchie financière ne sont pas si rassurés que ça.
Lors de l’élection présidentielle, Macron n’a obtenu au premier tour que 24% des suffrages exprimés, soit 18,19% des électeurs inscrits.
 C’est fort loin d’un plébiscite et dans ce score déjà étaient nombreux les électeurs abusés par le " danger fasciste" brandit comme le feu d’enfer menaçant la France : ils ont cru s’en protéger en votant pour le banquier sans approuver la politique que celui-ci entend mener.
Et que dire du second tour : par millions, les électeurs ont fait, à leur insu, le choix du pire, se jetant dans la gueule du dragon pour conjurer "le nouvel Hitler"...
Et c’est ainsi qu’Emmanuel Macron a remporté l’élection avec 43% des électeurs, 57% choisissant Marine Le Pen, l’abstention ou le vote blanc.
La farce était jouée.
A ce stade, au-delà des mercenaires appointés au service du banquier-Président, si ce coup-là a réussi, Macron le doit à la trahison des dirigeants, entre autres, du PCF et de la CGT, qui utilisant leurs titres, ont appelé, sans concertation des organisations qu’ils sont censés représenter, à voter Macron, c’est-à-dire pour celui qui ouvertement s’est présenté comme le chef qui entend conduire la croisade contre les infidèles du capital, le capitaine qui allait mener la guerre sociale contre le peuple travailleur, avec pour premiers objectifs le Code du Travail, l’indemnisation des chômeurs, le niveau des retraites, la sécurité Sociale.
Dans ces conditions, Emmanuel Macron Ier fut élu Président du Conseil d’Administration de la Maison France, rabaissée au niveau d’une multinationale, le peuple étant sa main d’oeuvre.
Or, dans chacune des 577 circonscriptions, la Français peuvent mettre en échec le candidat OFFICIEL MACRON, mais aussi ceux qui PS et LR sont prêts à rallier le Président au second tour. Car, ces messieurs et ces dames ont plus d’un tour dans leur sac.
Leur stratégie est la suivante : compte-tenu du mode de scrutin**Macron et sa bande visent à placer un des leurs au second tour, et de faire en sorte d’assurer à celui-ci le désistement, de tous les autres candidats, soit contre celui- de La France Insoumise, de Jean-Luc Mélenchon, soit contre celui du Front National, selon les circonscriptions.
Au nom d’un néo-"Front républicain contre l’extrêmisme".

C’est dire qu’il faut, dès le premier tour, pour contrer efficacement cette stratégie, voter pour le candidat de l’une des deux seules forces d’opposition dans la future Assemblée, LFI ou FN, susceptible de l’emporter au second tour, sans même partager l’orientation de ces deux oppositions.
Plus celles-ci auront de députés, plus sera difficile la mise en oeuvre du plan macronal et patronal d’éradication de toute législation ouvrière .

Nous sommes en "résistance" contre le danger de dictature directe du Medef, et derrière celui-ci, de l’oligarchie financière européenne qui siège à Bruxelles et prend ses ordres à Berlin.
 
*La méthode Coué, selon Wikipédia, est une prophétie autoréalisatrice qui tire son nom des travaux du psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857 - 1926). Elle est fondée sur la suggestion et l’autohypnose.
Cette méthode est une forme d’autosuggestion censée entraîner l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique. Elle se veut autant préventive que curative.

** Pour concourir au second tour des élections législatives, le candidat doit figurer parmi les deux premiers au premier tour, soit recueillir 12,5% des inscrits, ce qui, compte-tenu du taux d’abstention élevé, représente plus de 20% des inscrits. Du fait du nombre particulièrement élevé de candidats au premier tour, rares ceux qui obtiendront ce score. Ce qui peut limiter le nombre de "triangulaires" où le choix serait triple.

Le 8 juin 2017
 
Jean LEVY
Membre du Bureau national du Comité Valmy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.