mardi 6 juin 2017

L'agresseur de Notre-Dame de Paris préparait une thèse sur le journalisme à Metz

Le 06/06/2017

L'université de Metz où était scolarisé l'étudiant de 40 ans, agresseur d'un policier à Paris

L'université de Metz où était scolarisé l'étudiant de 40 ans, agresseur d'un policier à Paris © Maxppp - PQR  
          
 
L'homme de 40 ans qui a attaqué au marteau un policier ce mardi après-midi sur le parvis de Notre-Dame à Paris est un étudiant de Metz.

Il est scolarisé à l'université de Lorraine depuis 2014 en science de l'information et de la communication au CREM, le centre de recherche sur les médiations.
Le président de l'université de Lorraine Pierre Mutzenhardt l'a confirmé à France Bleu Lorraine ce mardi soir.
 L'homme de 40 ans qui a attaqué au marteau un policier ce mardi vers 16h sur le parvis de Notre-Dame de Paris, est étudiant à Metz.
Depuis 2014, il est science de l'information et de la communication et préparait une thèse sur le journalisme et les élections dans les pays d'Afrique du Nord au centre de recherche sur les médiations (CREM).
Ce mardi vers 16h20, il a légèrement blessé un policier à coup de marteau, avant d'être neutralisé par les tirs de riposte de deux autres policiers.
Il portait sur lui des instruments rudimentaire, comme des couteaux de cuisine, a dit le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.
 L'agresseur a crié "Syria, Syria" ("Syrie, Syrie" en français), selon les informations recueillies par franceinfo.
 A terre, l'assaillant leur a affirmé être un "soldat du califat", autrement dit un soldat de Daech selon franceinfo.
 L'assaillant a été blessé au thorax et évacué vers un hôpital.

Il travaillait dans le journalisme, sur des sujets plutôt ouverts

L'agresseur originaire d'Algérie est né en 1977, il a été journaliste en Suède puis en Algérie croit savoir l'université de Lorraine, avant d'arriver à Metz en 2014 pour suivre une thèse sur les médias.
Après la mutation à Paris du directeur de thèse à la rentrée 2015-2016, l'étudiant quadragénaire avait déménagé dans le Val d'Oise pour rejoindre son professeur début 2016, tout en restant inscrit à Metz. Un étudiant qui ne "montrait rien de suspect" selon le président de l'université de Lorraine Pierre Mutzenhardt "son directeur de thèse est le premier surpris, il est dans l'incompréhension totale, il travaillait sur le journalisme, sur des sujets plutôt ouverts, il n'avait jamais montré des signes de radicalisation"

Pierre Mutzenhardt, le président de l'Université de Lorraine - Maxppp

Pierre Mutzenhardt, le président de l'Université de Lorraine © Maxppp - PQR            

Pierre Mutzenhardt va rencontrer le personnel du CREM de Metz ce mercredi et va prendre des mesures dans l'université. "c'est un étudiant qui ne mérite absolument pas d'être inscrit à l'université de Metz, je pense que je vais téléphoner au ministère pour voir quelle conduite tenir, ça peut choquer en interne".
Le campus universitaire de Metz, n'est pas connu pour des problèmes de ce type, mais sur 60 000 étudiants, "il y a forcément des phénomènes de radicalisation", comme dans la société assure le président de l'Université de Lorraine.


francebleu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.