jeudi 8 juin 2017

80 graphiques scientifiques démontrent que la thèse du réchauffement climatique anthropique est une imposture

Le 08/06/2017


graphiques scientifiques réchauffement climatique anthropique imposture 

Ce qui est en question tout au long de ces articles scientifiques, ce n’est pas le léger réchauffement de 0,8 degrés Celsius enregistré depuis le milieu du XIXe siècle en contrepoint du Petit âge glaciaire du XVIIIe siècle.
Tous les spécialistes, climato-alarmistes ou sceptiques, s’accordent sur ce point.
Non, ce qui est en question, c’est ce supposé réchauffement global anthropique, terrifiant et sans précédent brandi par les médias dominants et leurs journalistes aux ordres, par les scientifiques avides de subventions, de chaires, de carrières, de collaborateurs et d’honneurs, par les politiciens démagogues et les militants verts de l’apocalypse.
Pour ces fauteurs de peur planétaire, des mesures d’urgences s’imposent, sous gouvernance mondialiste cela va de soi, avant que la calotte glaciaire ne fonde complètement, que les îles du Pacifique ne soient submergées et que tous les bébés ours ne finissent noyés.
Or ce que démontrent tous ces articles c’est que la version alarmiste de ce « réchauffement global d’origine humaine » est une imposture.


Les auteurs de ces études sont des experts venus des quatre coins du monde : Chine, Russie, Canada, Etats-Unis, Italie…
Chacun a observé de près les différents aspects du supposé « réchauffement global » dans des régions précises et sur différentes échelles temporelles.
 Et chacune de ces études, dûment contrôlée par des pairs, conclut qu’il n’existe aucune preuve alarmante : la fin du XXe siècle et le début du XXIe attestent d’un réchauffement qui n’est ni dramatique, ni exceptionnel, ni inquiétant.

Büntgen, Abrantes et autres démentent la thèse de la crosse de hockey de Michael Mann

L’équipe de scientifiques d’Ulf Büntgen (Cambridge) montre par exemple que les températures dans l’hémisphère nord étaient supérieures au XVe siècle à leur niveau actuel.
 Celle de Fatima Abrantes (Portugal) confirme le point de vue généralement admis selon lequel la période chaude médiévale du Moyen-Age a connu des températures plus élevées que tout ce que nous avons vécu jusqu’ici, infirmant ainsi frontalement la « courbe en forme de crosse de hockey » de Michael Mann, totalement discréditée.
Plusieurs autres articles relèvent que c’est l’activité solaire qui paraît être le premier facteur de réchauffement. Très peu – voire aucun – le relient au taux de dioxyde de carbone.

James Delingpole, spécialiste scientifique du site Breitbart commente : « L’establishment scientifique intellectuellement corrompu et mensongèrement alarmiste – je pense en particulier à ma bête noire personnelle, le militant gauchiste et généticien nobélisé sir Paul Nurse, ex-président de la Royal Society – a voulu nous faire croire que le climato-scepticisme était une position minoritaire, une marotte de quelques ringards, exclusivement soutenu par des gens qui ne connaîtraient rien à la science.
 Or il apparaît que tout cela n’est que propagande grossière. »
 De fait, des dizaines de scientifiques, sans aucune coordination, ont conclu, en toute indépendance et rigueur que la thèse devenue dominante d’un « réchauffement anthropique » ne rime tout simplement à rien.
Cette thèse relève en fait d’une posture idéologique gauchiste, d’une hystérie quasi-religieuse voire de la pure et simple corruption.

Parmi 80 graphiques scientifiques, celui d’Ulf Büntgen atteste le « Petit âge glaciaire » au XVIIIe siècle

Regardons cinq de ces graphiques. Celui d’Ulf Büntgen montre un violent réchauffement dans l’hémisphère nord autour de l’année 1300, passant d’un niveau de – 0,2°C par rapport à un référent zéro à + 0,2°C, voire même + 0,3°C autour de l’année 1400. Une forte chute, vers 1450 ramène le niveau à – 0,2°C puis, après une petite remontée au XVIe siècle, les températures s’effondrent au début du XVIIe siècle, pour rester sous le référent jusqu’en 1910.
Ce « Petit âge glaciaire » enregistre des plus-bas autour de 1750 (- 0,4°C), à la fin du XVIIIe siècle, avant la Révolution française, et vers 1820 (- 0,45°C).
La même équipe a travaillé sur le dernier demi-siècle dans les Pyrénées espagnoles, où elle relève un refroidissement net de 2003 à 2015 après des plus-bas en 1972 et 1984 et des plus-hauts en 1993 et 2003.

L’équipe de Fatima Brantes, qui a aussi travaillé sur l’hémisphère nord, démontre le même affaissement des températures de 1450 à 1900 environ, après deux pics autour de 1050 et 1150, plus élevés que les pics des années 1970, suivis d’un repli tendanciel jusqu’en 2000.

Dominique Guillet voit un refroidissement climatique de 1950 à 1980, puis un retour au niveau du XVIIe siècle

En France, le graphique de Dominique Guillet (président de Kokopelli, association pour la biodiversité des semences) récapitule des dates de vendanges relevées en France dans trois régions, Bourgogne, Ile-de-France et Alsace, de 1350 à nos jours.
 L’ensemble est impressionnant de régularité, avec des dates précoces ou tardives (exprimées en quantièmes de l’année) à peu près également réparties sur l’ensemble de la période longue.
 On relève un réchauffement du début du XIXe siècle jusqu’aux années 1950, suivi d’un refroidissement très net jusqu’aux années 1980, avant une remontée des dates de vendanges revenues au niveau des années 1900 voire du XVIIe siècle.

Notons aussi le graphique de l’équipe de Li, qui démontre que le climat dans la plaine du Yang Tse en Chine était bien plus chaud voici 8000 ans (soit 6000 ans avant Jésus-Christ) qu’il ne l’est aujourd’hui, suivi d’une baisse tendancielle jusqu’à nos jours, la légère remontée des températures depuis quatre siècles portant les moyennes actuelles à peine au-dessus (-0,9°C par rapport à la moyenne longue) du plus-bas enregistré voici 2750 ans (-1,6°C).

Matthieu Lenoir

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.