vendredi 23 juin 2017

L'AFP a-t-elle tenté d'étouffer l'affaire Ferrand ? Des journalistes maison l'affirment

Le 23/06/2017
 
 
L'AFP a-t-elle tenté d'étouffer l'affaire Ferrand ? Des journalistes maison l'affirment
 
Richard Ferrand répond aux journalistes en mai 2017, photo ©CHARLY TRIBALLEAU / AFP
 
Le syndicat SNJ-CGT accuse l'agence de presse d'avoir censuré des informations gênantes pour le pouvoir.

 Selon eux, l'AFP aurait pu sortir l'affaire des Mutuelles de Bretagne avant le Canard enchaîné, mais la direction de l'agence s'y serait opposée.
«L'Affaire Richard Ferrand, sortie par le Canard enchaîné dans son édition du 24 mai, aurait pu être révélée par l'AFP», dénoncent les journalistes de l'AFP du syndicat SNJ-CGT dans un communiqué publié ce 22 mai 2017.
Afin d'étayer cette lourde accusation, aux mieux de favoritisme, au pire de collusion avec le pouvoir, les journalistes font valoir que, selon eux, l'AFP était en possession des informations.
 «Mais la rédaction en chef France [de l'AFP] n'a pas jugé le sujet digne d'intérêt», affirment-ils, poursuivant : «Qu'un possible scoop sur une affaire politico-financière impliquant le numéro deux du nouveau parti au pouvoir ne soit pas jugé intéressant, voilà qui est troublant. Surtout après les affaires Fillon et Le Roux qui ont émaillé la campagne présidentielle.»



Mais ce n'est pas tout.
 Les journalistes affirment que l'AFP a eu une chance de se rattraper avec le témoignage, très embarrassant, de l'avocat chargé de la vente de l'immeuble à Sandrine Doucen, épouse de Richard Ferrand.

jeudi 22 juin 2017

Le chef d’état-major de l’armée autrichienne: « Maitriser militairement la crise migratoire est possible, mais la volonté politique manque. »

Le 22/06/2017
 
 
Othmar Commenda1


Dans une interview tenue le 20 juin, on a demandé au chef d'état-major de l'armée autrichienne, Othmar Commenda s'il était possible de fermer la mer Méditerranée. C'est une question que toute l'Autriche se pose.
 
Sa réponse a été à la fois claire et pragmatique:
"D'un point de vue militaire, les routes des réfugiés à travers la Méditerranée peuvent être observées de très près. (...) Au sein de l'UE, la plupart des États membres disposent déjà des moyens stratégiques nécessaires pour contrôler les routes des réfugiés à travers la mer et réduire l'immigration clandestine.

Commenda a ajouté:

"D'un point de vue militaire, il est possible d'arrêter la quasi-totalité des navires réfugiés en direction de l'Europe. Comme dans toutes les questions de sécurité, comme cela ressort clairement de l'expérience acquise dans les Balkans (réduction de 96% du nombre de réfugiés), quelques petits trous risquent de rester ouverts. Mais même maintenant,
La Méditerranée est constamment observée depuis les airs: par des stations radar volantes, des AWACS et des avions qui servent principalement à détecter les sous-marins, les drones et les satellites utilisés par les agences de presse.

TVL, journal du jeudi 22 juin 2017: Remaniement : Un Modem réduit à peau de chagrin

 



Ajoutée le 22 juin 2017
 
01:31 - Cap sur l’Assemblée / Remaniement : Un Modem réduit à peau de chagrin
10:59 - Société / Terrorisme : une loi pour rien ?
13:06 - Société / Remise en liberté des Jacob, et après ?
17:36 - Economie / Télécom : les limites de la fin des frais d'itinérance
19:15 - Europe / Italie : la ligue du nord à la croisée des chemins
22:51 - L’actualité en bref
27:21 - La France de Campagnol

Les constructifs ou les déserteurs ?

 

Wikimedia
Le 22/06/2017

Qu’elle est belle, notre nouvelle démocratie.

Ils n’avaient pas osé se rallier aux initiales d’Emmanuel Macron, en espérant conserver leur place sur les bancs de l’Assemblée nationale.
Ils avaient assuré leur parti de leur fidélité absolue.
Et avaient du même coup et, comme dirait le Líder Manuello, en même temps trompé celles et ceux qui leur avait accordé leur voix, préférant confier leur destinée politique à un LR plutôt qu’à un ou une LREM.
Eh bien, non.
Leurs électeurs avaient tout faux.
Et eux, cette vingtaine de parlementaires élus sous la bannière de Les Républicains, à peine leur élection validée, se sont empressés de faire un bras d’honneur à leurs électeurs et à leur patron Christian Jacob.
Avec la plus belle hypocrisie, le député-maire de Boulogne, hélas brillamment réélu, Thierry Solère a annoncé qu’il avait créé un groupe avec dix-huit députés de l’UDI et une vingtaine de LR, qui sera bienveillant à l’égard des propositions que feront les députés de l’écrasante nouvelle majorité.
Et comme cette sournoiserie ne pouvait pas se faire sans le plus grand sérieux, et la plus grande solennité, Thierry Solère nous annonçait sur toutes les chaînes télé, elles aussi bienveillantes, le nom de ce nouveau groupe !
 Ne riez pas, cher lecteur et chère lectrice, et chers tous : ce sera Les Constructifs.
Et pour être plus précis et rigolo, ce sera LRCUI, autrement dit « Les Républicains constructifs, UDI et Indépendants »


Zemmour aurait parlé plutôt de déconstructeurs.

mercredi 21 juin 2017

TVL, journal du mercredi 21 juin 2017: Bayrou, Sarnez, Ferrand, Goulard : les encombrants débarqués !




Ajoutée le 21 juin 2017
 
02:00 - Cap sur l’Assemblée
11:26 - Terrorisme / Belgique : l’Europe à feu et à sang
14:22 - Armée / Les militaires disent adieu au Famas
16:30 - Société / Fête de la Musique : objet culturel non identifié
18:54 - International / L'EI cerné à Mossoul et Raqqa
22:44 - L’actualité en bref
27:21 - La France de Campagnol

Richard au Parlement, comme le Mistral, c’est le Ferrand gagnant !

 


Le 21/06/2017


En quittant le gouvernement, Richard Ferrand bénéficie désormais de l’immunité parlementaire.
 
Oukéti, oukéti ?
 Lapala, lapala !
Et tes cent thunes, dans le baba.
 On se croirait dans le Barbès parisien, au Marché aux voleurs, ambiance Les Ripoux, très pittoresque film de Claude Zidi, millésime césarisé de 1984.
C’est, en gros, le scénario de l’exfiltration de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, chargé de remettre un peu de cohésion dans la future Assemblée, même si légèrement plombé par des affaires qui, naguère, n’auraient pas fait plus de bruit que ça, mais qui, aujourd’hui, agitent le Landernau journalistique.
Oukéti ?
 Laplula !
 Richard Ferrand, donc, fort d’une élection de maréchal dans son Finistère natal, serait chargé de diriger le prochain groupe LREM au Parlement, histoire, sûrement, de tenir en laisse la masse de jeunes impétrants n’ayant pas forcément lumière, eau et gaz à tous les paliers (voir leurs récentes interventions télévisuelles pour mesurer l’ampleur du désastre).
Tiens, au fait, truc bizarre ayant échappé à nos chers confrères : LREM pour La République en marche, ça sonne encore mieux que l’UMPS, acronyme jadis popularisé par Marine Le Pen.
Ça fait LR & EM, comme Jacob et Delafon ou, mieux, (L)es (R)épublicains et (E)mmanuel (M)acron… Passons.

Oukéti, mépala ?
Eh oui, en quittant le gouvernement, Richard Ferrand bénéficie désormais de l’immunité parlementaire.

Un islamiste poignarde un paysan en plein travail : c’était dimanche, à côté de chez moi

 
 


Le 21/06/2017


Cela se passait près du joli village de Laroque-Timbaut, dimanche, vers 21 h.

Il y a islamiste des Champs et islamiste des champs.
Hier, la « tentative d’attentat », pour parler comme M. Collomb, n’a fait qu’une victime : le terroriste lui-même.
Mais le lieu, les Champs-Élysées, a occulté une autre attaque sanglante, qui a fait un blessé grave, dans un coin perdu de la France profonde, ici, à côté de chez moi.
Certes, on savait bien que notre beau département du Lot-et-Garonne (47) était, lui aussi, particulièrement touché par la gangrène islamiste.
 Il y a deux semaines, un coup de filet des services antiterroristes permettait d’arrêter plusieurs individus, dont un enseignant.
Ce qui, après la découverte du « thésard » du parvis de Notre-Dame, révélait qu’il n’y avait pas, dans cette armée islamiste de moins en moins dormante, que des racailles, mais aussi des individus susceptibles d’être intégrés et même d’occuper des postes exigeant certaines compétences intellectuelles : enseignant, chercheur, journaliste.
Mais qui eût cru, dans nos chaudes campagnes où les blés blondissent, qu’un dimanche soir de juin où la moisson bat son plein un islamiste radicalisé de nos campagnes, avec un complice, tous deux motorisés, se seraient dirigés vers une moissonneuse-batteuse en pleine action, l’auraient immobilisée et, son conducteur descendu, l’auraient poignardé violemment en hurlant : Allah Akbar ?
Cela se passait près du joli village de Laroque-Timbaut, dimanche, vers 21 h.
Selon le journal Sud-Ouest :
« Le deuxième agriculteur présent sur le champ est venu au soutien de son collègue, avant que l’agresseur ne prenne la fuite.
La victime a été opérée, sitôt arrivée aux urgences.
Malgré la gravité de ses blessures, son pronostic vital ne serait pas engagé.
Un suspect aurait été arrêté par la police peu de temps après les faits.
 L’agresseur présumé, âgé d’une quarantaine d’années, serait connu par les services de renseignement comme une personne susceptible de s’être radicalisée.

mardi 20 juin 2017

Pas-de-Calais : un barrage de migrants sur l’autoroute provoque un accident mortel

 
20/06/17 – Guemps.

 Neuf migrants ont été interpellés…

 
Ce matin, un barrage de troncs d’arbres installé par des migrants sur l’autoroute A16 a causé la mort d’un automobiliste.
Il était 3h45 lorsque deux camions ont freiné à la vue d’obstacles qui entravaient la route au niveau de Guemps (Pas-de-Calais).
 Une camionnette qui roulait derrière eux n’a pas pu éviter l’accident.
Le véhicule immatriculé en Pologne a alors pris feu, causant la mort de son conducteur.
Pour le moment, l’identité de la victime n’est pas connue.
C’est la première fois qu’un barrage posé par des migrants provoque un accident mortel.
Au total, ce sont cinq barrages qui ont été installés depuis trois semaines sur l’A16, dans le Calaisis. Une pratique irresponsable et dangereuse qui était devenue quotidienne avant le démantèlement de la “jungle de Calais“.
En entravant la circulation sur l’autoroute au beau milieu de la nuit, les migrants cherchent à embarquer clandestinement dans les poids-lourds à l’arrêt.
Leur but, rejoindre la Grande-Bretagne à tout prix…
 
Neuf migrants de nationalité érythréenne ont d’ailleurs été interpellés ce matin dans l’un des camions bloqués par le barrage.

 Ils ont été placés en garde à vue.

source

TVL, journal du mardi 20 juin 2017: Terrorisme / Les Champs Elysées : terrain d’attentat pour les islamistes

 



Ajoutée le 20 juin 2017
 
01:30 - Cap sur l'Assemblée
12:57 - Terrorisme / Les Champs Elysées : terrain d’attentat
16:25 - Sécurité / Incendie à Londres : un manque de sécurité mortel
19:09 - Union Européenne / Grèce : la guérison par la mort
22:59 - Société / Les héros de la fondation Lejeune
25:30 - L'actualité en bref
31:23 - La France de Campagnol

La Russie cesse de coopérer avec les USA dans le cadre du mémorandum sur le ciel syrien

Le 20/06/2017


Charles Sannat
20 juin 2017 
 
Le torchon brûle de façon importante entre la Russie et les USA alors que l’on pouvait espérer, avec l’arrivée de Trump, plutôt un apaisement des relations russo-américaines.
 
Mais non seulement ce n’est pas le cas mais en plus on parle d’aggravation des sanctions antirusses, et suite au fait qu’un avion syrien a été abattu par la coalition, la Russie vient de suspendre toute coopération avec les USA dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien.
Or quand vous avez, dans un tout petit espace, beaucoup de forces militaires concentrées et de grosses doses de testostérone, cela finit généralement mal.
 Ne plus se parler n’est donc jamais bon signe.
Comme on le dit très souvent au sujet du Proche-Orient, et qui je trouve est le meilleur résumé des problèmes de cette région : “Beaucoup trop d’histoire, trop peu de géographie.”
 
Charles SANNAT
 
En réponse à l’avion syrien abattu par la coalition anti-Daech, la Russie a suspendu toute coopération avec les États-Unis dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien.
La Russie a pris la décision de cesser de coopérer avec la partie américaine dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien, a annoncé le ministère russe de la Défense.

NKM, ou la comédie politique surjouée

 


Le 20/06/2017

 
Nathalie Kosciusco-Morizet s’est donc à nouveau évanouie.

 Cette fois-ci à cause d’un scrutin électoral défavorable, puisqu’elle a été battue dans ce qui constituait un bastion de la droite dite républicaine : la 2e circonscription de Paris.
Une défaite qui « pourrait donc entraver sa future candidature à la mairie de Paris » (source : LesEchos.fr).
Rappelons qu’elle siégeait à l’Assemblée depuis 2002 – le choc a dû être rude.
Cependant, plus qu’un vote d’adhésion à La République en marche, à travers son candidat – Gilles Le Gendre –, on peut légitimement se demander si la propension de NKM à se mettre systématiquement en scène ainsi que son égotisme n’ont pas agacé l’électorat parisien.
Je ne parle même pas de son agression qui, photos et témoignages à l’appui, révèle que le geste de Vincent Debraize – maire d’une commune de l’Eure –, pour autant qu’il était effectivement la marque d’un délitement du savoir-vivre en France – comme l’a expliqué ici-même Philippe Bilger –, a été quelque peu exagéré.
L’avocat de l’intéressé, mis en examen depuis, a d’ailleurs déclaré au micro de France Info : « La discussion s’est échauffée à tel point qu’à un moment, la candidate a brandi les tracts de manière proche du visage de mon client, et a proféré les propos suivants : “Dégage connard”, à deux reprises. »
Ce qui est très vraisemblable.
Souvenons-nous que la dame avait autrefois déclaré sur Canal+ : « Les climato-sceptiques sont des connards. »
Cette défaite de NKM s’ajoute donc à ses espoirs déçus d’occuper un ministère dans le gouvernement d’Édouard Philippe, après avoir accepté la main tendue du saprophyte présidentiel – qui s’est nourri des restes de la gauche et de la droite dite républicaine.

Le vrai extrémiste, c’est Macron !

 


Le 20/06/2017


Un jour ou l’autre – mais cela arrive toujours -, la vérité rattrape l’artifice.
 
Les journalistes ont vite fait de qualifier le FN et LFI d’« extrémistes ».
 Certains, même, affirment (ce que personne ne leur demande) qu’il ne faut pas (en dépit de l’énorme anomie élective qui traduit la fin de la démocratie) modifier le système électoral en faveur de la proportionnelle, car « ce serait donner trop de poids au FN ».
Et personne ne semble s’étonner ni de ces graves erreurs ni de ces sévères atteintes à la démocratie…
Il y a lieu de rectifier ces fautes lourdes (on dirait fake news).
 Car la manipulation qui vient de réussir – avant tout grâce aux trahisons historiques de Fillon et de l’ex-UMP – porte aux affaires un système qui cristallise « LE » système en une concrétion encore plus dure.
Certes, le programme de Macron a été soigneusement masqué.
 Pour les meetings, on restait dans un télévangélisme flou, parfois grotesque, évitant systématiquement de parler de ce qui pourrait fâcher.
 À lire les tracts standards de la campagne législative, on croit deviner que EM est en faveur de tout ce qui est bien, mais pas pour ce qui est mal…
Pour l’éducation (en particulier apprendre à lire et écrire : bravo !).
Pour la culture (excellent).
 Pour la sécurité (merci).
 Pour la solidarité (très bien).
Pour la qualité de vie (aah…).
Pour l’économie (tiens ?).
Du travail de communicant primaire.

lundi 19 juin 2017

L'Europe comme on ne vous l'a jamais expliquée

Le 19/06/2017
 
 



Ajoutée le 26 mai 2017
 
Exposé vulgarisé.

Comprendre simplement les institutions de l'Union européenne, quelle place la France y tient et quelles en sont les conséquences.

Vu sur le web

Passionnant

Islamisme. « Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul »

Le 19/06/2017
 

islamiste


19/06/2017 – 08h20 Mossoul (Breizh-Info.com) – 

« Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul ».

Cette phrase est du général Abdelghani Al-Assadi, commandant du CTS, le contre-terrorisme irakien. Elle vise les islamistes « français» (la plupart, issus de l’immigration, sont français en vertu du droit du sol) engagés avec Daesh.
Dans un entretien exclusif donné au journal Paris Match, le général confirme un accord tacite entre la France et l’Irak : aucun militant français de l’Etat Islamique ne doit revenir vivant en France.
Cela confirme l’enquête menée par le Wall Street Journal au mois de mai 2017, qui révélait que la France éliminait les islamistes partis combattre avec Daesh – ce qui semblait interpeller la presse subventionnée…
« Depuis des mois, les forces spéciales françaises font appel à des militaires irakiens pour traquer et éliminer des ressortissants français membres de la hiérarchie de Daech, selon des sources irakiennes et des responsables français, dont certains sont encore en activité.
Les officiers irakiens qui commandent les opérations à Mossoul affirment que les forces spéciales françaises ont fourni aux unités irakiennes spécialisées dans la lutte antiterroriste les noms et les portraits de près d’une trentaine d’hommes identifiés comme des cibles prioritaires.
Un nombre, pour l’heure inconnu, de ressortissants français ont été tués par l’artillerie et les forces terrestres irakiennes, assure-t-on de même source, grâce à des coordonnées et d’autres informations transmises par les Français.» explique Courrier International.
Mille sept cents Français auraient rejoint les rangs de l’État islamique en Irak et en Syrie, selon le Soufan Group, une organisation basée à New York et spécialisée dans l’extrémisme.

Allemagne : les Crimes d'Honneur Musulmans se Multiplient

Le tribunal a écouté le récit du meurtre commis par Amer K., qui croyant que sa femme, mère de ses trois enfants, voulait divorcer, l'a poignardée dans la poitrine et au cou plus de vingt fois avec un grand couteau de cuisine.
  • « Puis il a saisi le couteau et l'a plongé dans sa poitrine, [pénétrant] le péricarde et le muscle cardiaque. Un deuxième coup a ouvert la cavité abdominale gauche. Nurettin B. s'est alors emparé d'une hache. Avec le côté contondant, il a frappé à la tête, lui fracassant le crâne. Puis il a attrapé une corde et formé un nœud coulant qu'il a serré autour du cou de la victime amarrant l'autre extrémité au point d'attelage situé à l'arrière de [sa voiture] ... Il a roulé ensuite à 80 km/h jusqu'à ce que la corde se casse. » - La procureure nationale Ann-Kristin Fröhlich, reconstruisant les actes du mari.
  • A Ahaus, un demandeur d'asile nigérian de 27 ans a poignardé à mort une femme de 22 ans, qui avait offensé son honneur en rejetant ses avancées romantiques.
Le procès d'un Kurde qui a ligoté une de ses trois épouses et l'a traînée au sol derrière sa voiture dans les rues d'une ville de Basse-Saxe a attiré l'attention sur l'épidémie de violence qui sévit actuellement en Allemagne au nom de l'honneur musulman.
La violence d'honneur – qui va de la maltraitance psychologique au meurtre en passant par la violence physique et sexuelle - est généralement pratiquée au sein d'une famille ou d'un clan par les hommes contre les femmes quand ces dernières sont accusées d'être un vecteur de honte pour la famille ou le clan.
Les infractions d'une femme à l'honneur sont variées : elles vont du refus d'un mariage arrangé, à une relation avec un non-musulman ou à une personne non approuvée par la famille, en passant par le refus de demeurer prisonnière d'un mariage abusif ou le désir de s'ouvrir à un mode de vie jugé trop occidental.
 En réalité, les lignes entre les crimes d'honneur et les crimes passionnels demeurent floues et tout comportement féminin perçu comme un défi à l'autorité masculine peut entrainer des représailles, parfois extrêmement brutales.
Le 22 mai, un tribunal de Hanovre a eu à juger Nurettin B, un Kurde de 39 ans, originaire de Turquie, qui a tenté d'assassiner sa deuxième épouse, Kader K., 28 ans, après qu'elle lui ait demandé de fournir une pension alimentaire pour leur fils de deux ans.
Ann-Kristin Fröhlich, procureure nationale, a reconstitué les agissements de Nurettin B, ainsi :
« Le 20 novembre 2016, vers 18 heures, Nurettin B. a pris sa voiture à Hamelin pour rencontrer Kader K. Le coffre contenait un couteau, une hache et une corde. Son fils âgé de deux ans qui avait passé le week-end avec lui était sur le siège arrière de la voiture. Dans la rue, le couple séparé a commencé de se disputer et Nurettin B. a frappé son ex-femme. Puis il a saisi le couteau et le lui a plongé dans la poitrine. La lame de 12,4 centimètres a traversé le péricarde et le cœur Une deuxième coup a percé la partie gauche de l'abdomen. Nurettin B. a ensuite sorti la hache. Avec le côté contondant, il frappé la tête et le haut du corps, lui fracassant le crâne.
« Puis il a saisi la corde et formé un nœud coulant qu'il a passé au cou de la victime. L'autre extrémité de la corde a été fixée au crochet d'amarrage situé à l'arrière de sa VW Passat noire. Nurettin B. a démarré parcourant les rues à 80 km / h. Mais après 208 mètres, la corde s'est rompue. Kader K. a été projetée contre le trottoir. Nurettin B. a conduit ensuite jusqu'au poste de police ou il s'est rendu. L'enfant était toujours assis sur le siège arrière. »

TVL, journal du lundi 19 juin 2017: Edition spéciale élections législatives

Ajoutée le 19 juin 2017
 

 

15:50 L’actualité en bref
21:29 La France de Campagnol

Le gouvernement va démissionner «dans la journée» pour un «remaniement technique»

Le gouvernement va démissionner «dans la journée» pour un «remaniement technique»©

Charles Platiau Source: Reuters
Le Premier ministre Edouard Philippe
 
- Avec AFP
Le Premier ministre Edouard Philippe devrait remettre «dans la journée» la démission de son gouvernement avant un «remaniement technique», a annoncé le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner au lendemain du second tour des législatives.
                                   
«Le Premier ministre sera amené dans les heures qui viennent à amener sa démission, comme d'usage [...] dans la journée je pense», a déclaré Christophe Castaner le 19 juin sur RTL.
«Dans les jours qui viennent, un nouveau gouvernement sera constitué sous l'autorité, je pense, d'Edouard Philippe», a ajouté le porte-parole du gouvernement, qui a évoqué «un remaniement» qui, selon lui, ne doit pas être «d'ampleur», mais plutôt «un remaniement technique, et une confirmation, celle d'Edouard Philippe».
La République en Marche avec son allié du MoDem a obtenu le soir du 18 juin une confortable majorité absolue à l'Assemblée (351 sièges), dans un second tour marqué par une abstention record (près de 57%).



Majorité écrasante pour LREM : le flop des «élections les plus démocratiques de l'Histoire»            
 
«Il y a un an, Emmanuel Macron n'avait aucune chance d'être président de la République; il y a trois mois nous n'avions aucune chance d'avoir une majorité absolue et il y a quinze jours on nous disait "ça va être un raz de marée, ça va être trop".

58 % d’abstention : fais ton truc, Macron, mais ce sera sans nous !

 


Le 19/06/2017

 
La bulle Macron est là, gonflée à bloc, à l’Élysée, à l’Assemblée. Toujours pas éclatée certes. Mais énorme et visible de loin.
 
Le chiffre est historique.
Du jamais vu à des élections législatives, non seulement depuis 1958, mais depuis que la France organise des élections législatives au suffrage universel direct, en 1848.
C’était attendu et une raison a été dite et redite : la lassitude après tant de votes et une campagne interminable de plus d’un an et demi. Soit.
Mais on oublie de dire que le phénomène Macron y est aussi pour beaucoup.
C’est une chose de « tuer le match » à son profit, d’éclater et de démobiliser toutes les oppositions éventuelles.
 Cela donne un Président élu à 66 %, et 400 députés.
Carton plein.
Gagné.
Mais c’en est une autre de ne parvenir à mobiliser que 42 % de l’électorat.
Ce n’est pas ce qu’on appelle une adhésion massive et inconditionnelle à la personne et au programme du nouveau Président…
58 % des Français n’ont pas daigné entrer dans ce jeu, son jeu.

dimanche 18 juin 2017

83,5% des Français n'ont pas voté pour "En Marche" !

Le 18/06/2017


La bonne nouvelle du jour

Le 18/06/2017
 
 
Najat Vallaud-Belkacem, le 3 juin 2017 à Villeurbanne (Rhône).
 
Najat Vallaud-Belkacem, le 3 juin 2017 à Villeurbanne (Rhône). (KONRAD K. / SIPA)
 
franceinfoFrance Télévisions
Mis à jour le
publié le
 
Législatives : à Villeurbanne, Najat Vallaud-Belkacem battue dans un ancien fief socialiste
 
Après un échec en 2007 et le retrait de sa candidature en 2012, l'ancienne ministre de l'Education ne parvient pas à s'imposer à Villeurbanne, pourtant une terre socialiste.
Elle est un symbole de la déroute des socialistes lors des législatives : Najat Vallaud-Belkacem est largement battue dans la 6e circonscription du Rhône, annonce son adversaire Bruno Bonnell
La ville de Villeurbanne, pourtant ancrée à gauche et chasse gardée du PS, est elle aussi emportée par la vague de La République en marche.

Après une première tentative ratée, déjà dans le Rhône, en 2007, et le retrait de sa candidature en 2012, l'ancienne ministre de l'Education échoue une nouvelle fois à faire son entrée au Palais-Bourbon.

source

Et pendant ce temps, on ferme! le point sur les plans sociaux en France

Le 18/06/2017

Une multitude de plans sociaux agite l’actualité française du moment, qui illustre notamment la constante désindustrialisation du pays.
Voici une synthèse des opérations en cours.

5.000 départs chez SFR

Patrick Drahi entreprend un plan de suppression d’emplois fondé sur des départs volontaires, à partir de juillet 2017, qui devrait concerner un tiers des effectifs de SFR.
 Le plan devrait durer trois ans.

Tati, bientôt racheté par GIFI?
Avec 60 millions€ de pertes opérationnelles en 2016, l’enseigne TATI rachetée par le groupe ERAM au fondateur Ouaki, a été placée en redressement judiciaire en mai 2017.
7 offres de reprise ont été déposées, dont celle de GIFI, qui prévoit la reprise de 1.300 salariés et d’une centaine de magasins.
Le tribunal de commerce doit trancher ce lundi.

GM&S lâché par le gouvernement?

L’équipementier automobile GM&S est toujours dans la panade.
Une seule offre de reprise, qui prévoit le maintien de 110 salariés à La Souterraine, a été déposée.
Les organisations syndicales se plaignent d’un lâchage en règle par le gouvernement (et spécialement Bruno Le Maire), qui n’a pas obtenu une augmentation des commandes de Peugeot et de Renault à la hauteur des promesses

Un sous-traitant de Whirlpool, à Amiens, en plein dégraissage

Dans l’hypothèse d’une fermeture de Whirlpool en 2018, à Amiens, son sous-traitant Prima France a négocié un plan de sauvegarde de l’emploi.
56 salariés seront licenciés dans des conditions identiques à celles de Whirlpool.

Où l’on reparle du volailler Doux

En Bretagne, le groupe d’élevage de volaille Doux aurait accumulé de nouvelles pertes phénoménales en 2016.
Les organisations syndicales craignent le pire et ont sonné l’alarme.

450 salariés menacés à la Halle aux Chaussures

Législatives : qui est Sandrine Le Feur, nouvelle députée de La République en marche dans le Finistère ?

Le18/06/2017   
 

   Sandrine Le Feur

Sandrine Le Feur © Radio France                    

Sandrine Le Feur de La République en marche a été élue dimanche députée dans la quatrième circonscription du Finistère.
 
 Elle a battu Maël De Calan, Les Républicains au second tour des élections législatives 2017.
Sandrine Le Feur, 26 ans est agricultrice bio à Pleyber-Christ.

4e circonscription du Finistère
© Radio France

 

Il fallait financer 30.000 € pour obtenir l'inverstiture "En Marche!" (L’Imprécateur)

Le 17/06/2017
Résultats de recherche d'images pour « macron piège a cons »


Publié le 17 juin 2017 par L'Imprécateur

Jean Launay, membre de la commission d’investiture chez LREM, déclara « Les choses sont claires : En marche ! ne pourra pas s’occuper du financement de la campagne. Il faudra que les candidats puissent subvenir à leurs dépenses eux-mêmes« .

 Emmanuel Macron chercha donc une solution financière dont la mise en œuvre fut confiée à Jean-Paul Delevoye, ex-président du CESE rallié à Macron, qui annonça « J’ai proposé de mettre en place un financement participatif et nous avons également évoqué de faire participer les parlementaires qui nous ont rejoint sur leurs fonds personnels » (cités par France-Info).

Donc, les parlementaires recyclés chez LREM ont été priés de financer leur campagne.
Les parlementaires sont riches de leur salaire, des 9.000 euros mensuels destinés à rémunérer leurs attachés parlementaires et de l’indemnité (non imposable) qui leur est donnée pour financer leurs dépenses sans avoir à les justifier : au total environ 20.000 euros par  mois.
Aux autres candidats, LREM a demandé de trouver la somme prévue sur leurs propres fonds, ou par un emprunt bancaire, voire en créant une association ou une société dont l’objet serait de récolter des fonds.

À Paris, l’entrepreneur-candidat de la 17ème circonscription, Frédéric Nahon a réfléchi à la question. « Mon budget pour financer les dépenses de campagne est chiffré entre 30.000 et 40.000 euros ».
 En province c’est entre 25 et 30.000 (affiches, tracts, meetings…).
 Le candidat a donc du, pour être agréé, se présenter chez LREM avec une somme qui soit proche de 30.000 euros.

Vous l’ignoriez ?
 Si vous aviez 30.000 euros à placer, vous auriez pu vous porter candidat dans votre circonscription, chez LREM, en ayant toutes les chances d’être accepté si toutefois personne d’autre n’avait ces 30.000 euros (ou plus) à investir chez Macron.
N’importe quel blaireau disposant de 30.000 euros pouvait être embauché comme candidat !

2017, Le coup d'Etat


« Une étude un peu approfondie de l’Histoire nous laisse deviner qu’en toute occasion les vraies forces dirigeantes ont à se tenir dans l’ombre des représentants qu’elles se sont choisies, ne pouvant se risquer à s’exposer aux fluctuations événementielles, sous peine de se voir un jour dépossédées de leur puissance ».                                                                                                                         Louis Calaferte.


AVERTISSEMENT :

Les informations qui ont été utilisées pour cette analyse ont été recoupées et vérifiées conformément aux principes de la charte journalistique de Munich.
Elles ont pour origine des articles de presse, interviews télé, images et ouvrages dont les auteurs sont connus et reconnus pour la fiabilité de leurs recherches.
Il serait trop long de les énumérer ici.
Loin de tout name-droping, vous trouverez en fin de publication les références.
Mais tout est vérifiable.
Attention, cependant aux sites complotistes, confusionnistes où d’extrême droite.
Assurez vous que les sites que vous consultez soient reconnus pour le sérieux de leurs publications. Préférez les sites de recherches universitaires.
A ceux qui disent que cet article est complotiste, il s’agit, tout simplement, d’un propos irresponsable qui a pour objectif de discréditer toutes critiques à l’égard de pratiques qui mettent en danger la démocratie.
Mais plus grave encore cela permet de les avaliser.
 Il est urgent de cesser ce genre d’accusation un peu simpliste et de poser les vraies questions.
En l’occurence a-t-on oui ou non utilisé l’appareil d’État à des fins de stratégies politiques?
 Les relais d’influence sont -ils réels ?
 Les media et les instituts de sondage sont ils indépendants? etc.
Ce sont les questions centrales du débat.
 
Propos liminaires.

Une fois de plus, cet article est long.
Il est l’avant première d’un livre qui sera publié prochainement.
Prenez le temps de le lire tranquillement, mais lisez le.
Il révèle comment certains acteurs ont préparé minutieusement ce qu’il faut bien appeler un coup d’État.
 Il s’agit pour eux de pérenniser, coûte que coûte, la politique engagée par François Hollande.
Alors qu’ils se persuadent de servir les desseins heureux de la France, ces putschistes sont en passe de réussir leur ultime objectif, celui de faire perdre à notre pays son libre arbitre, en soumettant son peuple et en violant la démocratie
L’heure est grave.
 
Avant –propos.

En 2005, vous avez, pour certains d’entre vous, participé au referendum du TCE (Traité pour une Constitution Européenne) vous avez détesté le battage médiatique outrancier pour le « oui » ?
 Vous avez applaudi son rejet par 55% des Français ?
 Vous avez protesté contre la transformation du TCE en Traité de Lisbonne adopté par le Parlement réuni en Congrès en 2008 ?
 Vous avez hurlé au déni de démocratie ?
Un coup porté à la voix du peuple…un véritable coup d’État ?
Eh bien c’est, à peu de chose près, ce qui se passe aujourd’hui pour faire élire un candidat choisi par la même oligarchie, par les mêmes élus de gauche et de droite, par les mêmes media et pour les mêmes objectifs.
 Exactement les mêmes.
De VGE à Cohn Bendit en passant par Hollande et Bayrou, de TF1 à Libération, du Monde au journal Les Échos, les Pineau, Arnault, Bolloré, tous participent à la promotion d’un seul et même vœu… le « oui » pour Emmanuel Macron.

Suède. Trollhättan: La police caillassée par une centaine de jeunes migrants somaliens (Vidéo)

Le 18/06/2017
 
 
630091trollhattan720x430
     

La police suédoise dans la ville de Trollhattan a été attaqué par une centaine de jeunes au visage masqué, ils étaient armés de pierres et de bâtons.
 
Les jeunes masqués ont attaqué les officiers lors de la deuxième nuit d’émeutes dans la zone.
Ils ont également attaqué les véhicules de la police.
Un seul homme a été arrêté dans le cadre des émeutes, rapporte le journal suédois Aftonbladet.
 

 
L’émeute aurait considérablement augmenté après que plusieurs jeunes aient tenté d’incendier les voitures dans la rue et un gardien de sécurité est intervenu pour éteindre le feu.
Les forces de l’ordre ont ensuite été attaqué par les jeunes qui leur ont jeté des pierres.
Peter Asp, l’agent de communication de la ville de Trollhattan, a déclaré que les émeutes étaient des «luttes de pouvoir pour tenir le territoire dans le district» parmi des gangs rivaux.

Il a affirmé que les émeutiers étaient des migrants somaliens, alors que la police a seulement déclaré que les hommes venaient étaient originaires d’un pays arabe. (…)
 
Expressen Via Fdesouche.com vu ICI

Les autorités allemandes découvrent que des « réfugiés fuyant leur pays en guerre » y retournent en voyage.

Le 18/06/2017




Article publié le 18.06.2017



« Le phénomène n'est pas isolé »: De plus en plus fréquemment, les services publics annoncent au Service des migrations que les réfugiés font des voyages dans leur pays d'origine.
 
D'autres organismes telles que la police fédérale, les autorités de l'immigration ou l'Agence fédérale pour l'emploi sont à présent davantage conscients du sujet, a déclaré un porte-parole du BAMF (Service pour les migrations et pour les réfugiés).
Le nombre de ces voyages n'est actuellement pas encore enregistré statistiquement par le BAMF.
La police fédérale ne peut pas quantifier ces incidents.
 « Cependant, le phénomène n'est pas simplement sporadique », a déclaré un porte-parole de la police fédérale.
Un voyage à destination du pays, dont les gens ont fui par crainte de persécution, ne conduit pas automatiquement au retrait de leur statut de protection.
Cela se fait en fonction de chaque cas particulier, comme souvent dans le processus d'asile.
(...)

 Source Traduction Schwarze Rose pour  lesobservateurs.ch
 
Rappel:
 
"Réfugiés persécutés" d'Erythrée: Ils retournent en vacances chez eux. Comment la Suisse se fait gruger.

Je ne suis pas assimilable, je suis un poison musulman

Le 18/06/2017

Polony virée d’Europe 1 ?




Le 18/07/2017


Natacha Polony paye ici sa liberté.
 
On s’en étonne ?
 Il fallait s’y attendre !
 Cette radio très boboïsée qui eut son heure de gloire à la libération de l’ORTF, puis durant les septennats de Mitterrand, avait depuis longtemps subi une défaite intellectuelle que lui causa la libéralisation de la bande FM et la montée des « radios libres ».
Marquée par l’opposition aux puissants cadenassiers, l’ORTF, la gauche inexpérimentée, sectaire et bête, elle rentra peu à peu dans le moule du conformisme.
 L’ébullition sur la bande FM, quelques erreurs de stratégie et une gestion des ressources humaines maladroite conduisent, depuis, son audience au déclin, malgré de brefs sursauts.
Elle est surtout devenue un club dirigé par des personnes marquées par les ans.
Voyons, pour exemple, « les grandes voix » d’Europe 1 : Arlette Chabot, 66 ans ; Catherine Nay, 74 ans ; Gérard Carreyrou, 75 ans ; Charles Villeneuve, 76 ans ; Michèle Cotta, 80 ans.
Qu’on pardonne l’inélégance de citer ces éléments, mais… à un moment, il faut bien voir la réalité !
Quant au remplacement, Patrick Cohen contre Thomas Sotto pour présenter la matinale ?
 Ce monsieur s’est davantage distingué par diverses polémiques que par un professionnalisme exigeant une certaine neutralité.
 Qu’on songe à « C à vous », à Louane…
J’en passe et des meilleures.
Qu’on songe à Sabrina Ben Ali, à Martin Hirsch, à François Asselineau, etc.
 Qu’Europe 1 croie bon de lui confier la matinale n’augure ni d’une absence de flagornerie envers le pouvoir ni d’un regain d’auditeurs.
 Ils le mesureront bientôt.

Selon que vous serez NKM ou inconnue…

 
Résultats de recherche d'images pour « nkm »


Le 18/06/2017


Selon que vous serez connu ou inconnu, les médias s’indigneront ou vous ignoreront.
 
– 15 juin : que s’est-il passé alors que la candidate Nathalie Kosciuscko-Morizet tractait sur le marché Maubert ?
Écoutons le journaliste de l’AFP présent sur les lieux : « Je me tenais à une petite dizaine de mètres lorsque j’ai vu un passant, un homme d’une cinquantaine d’années, qui manifestement avait l’air assez énervé… À un moment donné, NKM a pris les tracts qu’elle avait en main et elle les a montrés au niveau de son visage […] Lui les saisit, il prend les tracts de la main de NKM et fait un revers de la main avec les tracts vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet. » « Elle, à ce moment-là, met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure… Suite à quoi, elle fait un pas ou deux en arrière et s’effondre », précise le photographe.
Autrement dit, cet homme a tenté de lui lancer ses propres tracts au visage.
Si le geste est répréhensible, parler de violence inqualifiable paraît disproportionné, surtout si nous nous référons à ces tlois faits divers de la semaine :

– 9 juin, Midi libre : « Un homme a été interpellé en Avignon après avoir soulevé la jupe d’une femme et lui avoir arraché sa culotte en pleine rue et devant témoins.
Celui-ci est un trentenaire, originaire d’Algérie, hébergé par un cousin depuis un mois dans la cité des papes.
Il a été placé en garde à vue avant de passer en comparution immédiate… et placé en détention.
Les magistrats ont ordonné qu’il soit vu par un psychiatre afin d’y voir plus clair dans cette personnalité trouble.
 Sa victime n’a pas été blessée, mais serait particulièrement choquée. »

– 12 juin, La Voix du Nord : « Importunée à plusieurs reprises dans un bar du centre-ville d’Arras, une touriste canadienne de 28 ans aurait vu rouge quand l’individu aurait tenté de lui dégrafer sa robe et lui aurait alors envoyé un verre d’eau au visage.

samedi 17 juin 2017

Tam Montpellier : un tarif préférentiel pour les migrants

Le 17/06/2017
 
 
Tam Montpellier : un tarif préférentiel pour les migrants

Le collectif Migrants bienvenue34 a enfin obtenu gain de cause.
ILLUSTRATION / PAUL PANSANEL

Diane Petitmangin

Philippe Saurel, le président de la Métropole, l'a annoncé jeudi 15 juin. Le collectif Migrants bienvenue34 a enfin obtenu gain de cause. 

Après un an de mobilisation sans faille, le collectif Migrants bienvenue34 a enfin obtenu gain de cause.
 Depuis le mois de juin 2016, en effet, il demandait à la Métropole de Montpellier (3M) d'accorder aux demandeurs d'asile le tarif social de Tam afin qu'ils puissent circuler en empruntant le réseau des transports en commun à moindre coût.
 
3,40 € par mois
 
Jeudi, le président de 3M, Philippe Saurel, après une énième manifestation (très sonore) sous les fenêtres de l'hôtel de métropole ce mercredi, a accédé à la demande du collectif.
 "Car ce sont des personnes qui ont des revenus extrêmement faibles (6,80€/jour selon le CMB34). Un nouveau tarif sera donc mis en place pour tous les migrants bénéficiant de l'allocation de demandeur d'asile et résidant sur le territoire montpelliérain, en attendant l'examen de leur situation par l'Ofpra", l'Office français de protection des réfugiés et apatrides.
 
1 000 bénéficiaires

Le tarif a été fixé à 3,40€ par mois et "représente environ 1000 bénéficiaires.
Pour faciliter l'accès à ce service, constituer les dossiers, surmonter le barrage de la langue", un partenariat est noué avec l'association Gammes. 
Cette décision sera soumise au vote lors du prochain conseil de Métropole du 28 juin et devrait entrer en vigueur un mois après, soit fin juillet.
 
 Une bonne nouvelle !

source

Agnès Buzyn a été rémunérée par les labos pendant au moins 14 ans !

Le 17/06/2017


Nous nous sommes procurés les déclarations publiques d’intérêts de notre nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzin lorsqu’elle était présidente du conseil d’administration de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) et de l’INCa (Institut national du cancer).
 
Ces déclarations datent de 2012 (1) et 2014 (2) et seuls les conflits d’intérêts qui couraient encore lors des 5 années précédentes devaient être mentionnés.
Pourtant ces documents sont accablants pour celle qui considère que “les conflits d’intérêts entre experts et laboratoires pharmaceutiques sont un gage de compétence”.
En effet elle déclare avoir été directement rémunérée pour diverses activités par le laboratoire Genzyme, désormais filiale de Sanofi, de 1998 à 2011 !
 Et ce n’est pas tout, entre 2005 et 2011 elle était aussi rémunérée par les laboratoires Bristol Meyers-Squibb et Novartis.
 Ces deux laboratoires ainsi que Pierre Fabre et Schering-Plough (filiale de Merck) ont aussi financé entre 2005 et 2011 l’association Robert Debré que dirigeait Agnès Buzyn.
Plusieurs questions se posent alors :
Peut-on accepter qu’une ministre de la Santé présente de tels conflits d’intérêts avec le “Big Pharma” ?
Comment peut-on imaginer que la médecine puisse être libre et indépendante vis-à-vis des intérêts financiers colossaux des laboratoires pharmaceutiques ?

Voilà où les ONG vont récupérer les migrants clandestins lors de leurs "sauvetages"

Le 17/06/2017


DChShbqXgAEEi_u

17 juin 2017
 
A diffuser sans modération pour éviter que les journalistes aux ordres disent au 20h que c'est à proximité des côtes italiennes !


 Les ONG sont complices du grand remplacement et peuvent être désormais assimilées à des passeurs...

Philippe Carhon
Posté le 17 juin 2017 à 14h09 | Lien permanent

Quand les cancres décrochent le prix d'excellence, merci Macron

Le 17/06/2017


Aucun texte alternatif disponible.
 
Alors réfléchissez un peu avant de glisser votre bulletin dans l'urne !.

Législatives : ce réseau d'apparatchiks macronistes qui s'apprête à fondre sur l'Assemblée

Le 17/06/2017


Benjamin Griveaux devrait jouer un rôle particulièrement important dans la future majorité En Marche

Benjamin Griveaux devrait jouer un rôle particulièrement important dans la future majorité En Marche - LaurentVu/SIPA
 

Une petite troupe de professionnels de la politique s'apprête à intégrer l'Assemblée, pour y représenter Emmanuel Macron. Proches les uns des autres, ils présentent tous le même profil : ce sont des hommes, jeunes et issus du Parti socialiste.

Le renouvellement, oui, mais pas pour tous.
Parmi la grande cohorte de nouveaux députés de La République en marche (LREM) qui investiront l'Assemblée nationale lundi prochain, tous ne seront pas dépaysés.
 Il y aura quelques députés sortants, mais aussi... un petit groupe de permanents politiques, assistants parlementaires ou collaborateurs d'élus de carrière, qui ont réussi à prendre la vague En Marche malgré le changement des profils promis par Emmanuel Macron.
Avec leur bagage d'apparatchik, ils ne seront pas les plus représentatifs de la société au sein de la Chambre voulue par le chef de l'Etat.
 Pour autant, leur connaissance des rouages de l'Assemblée pourrait leur permettre d'acquérir rapidement une grande influence au sein du groupe parlementaire.

Le lundi 19 juin au matin, parions que ces professionnels de la politique sauront se reconnaître.
Non pas qu'il existe un signe extérieur d'apparatchisme, mais il se trouve que ces futurs députés se ressemblent tous étrangement.
Ce sont des hommes, issus du Parti socialiste.
 La majorité a tout juste dépassé la trentaine et se présente en Ile-de-France.
 Surtout, leur arrivée conjointe à l'Assemblée n'est probablement pas le fait du hasard : dans leur parcours professionnel, ils se sont quasiment tous croisés, jusqu'à former un réseau en forme de toile d'araignée, qui pourrait vite constituer un groupe à l'intérieur même du groupe LREM.
Tel un BDE de grande école... mais au Parlement !

Benjamin Griveaux, le leader naturel
 
Avec sa surface médiatique grandissante, Benjamin Griveaux, 39 ans, devrait faire office de chef de file naturel de la troupe.
Même s'il rappelle fréquemment qu'il travaillait dans le privé avant de rejoindre En Marche, le porte-parole du mouvement - et candidat arrivé largement en tête à Paris (43,63% des voix) - a consacré une bonne partie de sa vie professionnelle à la politique.
Après ses études à Sciences Po et HEC, il s'est investi dans '"A gauche en Europe", le think tank de Dominique Strauss-Kahn, pendant presque cinq ans.
 En 2008, il est élu au conseil général de Saône-et-Loire et en devient le vice-président chargé des Finances.
Après l'élection de François Hollande, il est nommé conseiller auprès de Marisol Touraine, au ministère des Affaires sociales.
Son expérience du privé ?
 Des cours donnés dans une école de management, la fondation de deux cabinets de conseil et deux ans en tant que directeur de la communication et des relations institutionnelles d'Unibail-Rodamco. Son expertise politique et son bagou devraient lui permettre d'accéder à un poste clé après les législatives.
 On évoque son nom pour la présidence d'En Marche ou celle du groupe LREM à l'Assemblée.

Macron compatibles

Le 17/06/2017

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes
 
 
Dans la 18e circonscription de Paris, la socialiste Myriam El Khomri affronte le républicain Pierre-Yves Bournazel. Les deux candidats revendiquent chacun le soutien de l'exécutif. Les électeurs ont du mal à s'y retrouver.

Serge Rader : « 11 vaccins obligatoires ? On marche sur la tête ! »

Le 17/06/2017

Résultats de recherche d'images pour « vaccination »
 
Pharmacien, lanceur d'alerte
 
Le nouveau ministre de la Santé, Agnès Buzyn, envisagerait de rendre onze vaccins obligatoires (contre trois aujourd’hui).
 

Pour Serge Rader, le lobby pharmaceutique a encore frappé ! Ce n’est pas du tout, martèle-t-il, une priorité de Santé publique.




Serge Rader, vous avez 61 ans. Vous avez publié Le Racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir.
Cela tombe très bien puisque la ministre de la santé, madame Agnès Buzyn, réfléchirait à rendre 11 vaccins obligatoires.
Que vous inspire cette décision ?
Je dis qu’on marche sur la tête.
 Les vaccins ne sont pas une priorité de santé publique par rapport à d’autres infections.
Je m’aperçois que le lobby pharmaceutique a encore frappé.
Cela ne m’étonne pas.
J’ai beaucoup d’estime pour madame Buzyn, mais qu’elle n’aille pas sur le chemin de l’obligation vaccinale à 11 vaccins sinon je vais monter au créneau.
On ne peut pas laisser faire.

En Italie, un décret vient de sortir le 07 juin pour obliger à 12 vaccins avec un quadrivalent, c’est-à-dire un vaccin avec 4 virus vivants atténués.
On voudrait en faire autant en France, ou plutôt le lobby vaccinal voudrait en faire autant en obligeant à 11 vaccins qui ne sont pas une urgence de santé publique.

Je peux l’expliquer.
 Elle a cité le cas de la rougeole et de la méningite.
Ce qui se passe avec ces maladies est parfaitement explicable, mais ce n’est pas vraiment une priorité de santé publique.
La rougeole en France en 2012, c’est 859 cas.
 En 2013, c’est 259 cas.
 En 2014, c’est 267 cas.
 En 2015, c’est 364 cas.
 En 2016, 79 cas
! On vaccine de plus en plus.
 Alors qu’on vous dit le contraire.